La maison Gauthier

gravure

Plombières au milieu du XVIIème siècle était renommé pour ses maisons de plaisance :
« Plombières est un village situé sur le bord de la rivière d’Ouche au milieu d’un des plus agréables vallons qu’on puisse voir sans en excepter même celui de Tempé si renommé de nos poètes. Plusieurs personnes de qualité de Dijon d’où ce village n’est éloigné que d’une petite lieu, y ont des maisons de plaisance toutes proprement bâties » (Mercure Galant 1679).

En 1654, Jean Gauthier, conseiller du Roi Louis XIV, Maître en la Chambre des Comptes, reçoit la propriété de ses parents. Il s’y retire en 1660 pour se consacrer à l’étude des sciences.

Il s’attache à reconstruire une des plus belles maisons de campagne de l’époque à en juger par la description enthousiaste du Mercure Galant en 1679 : »La maison de M. Gauthier, se fait distinguer par tout ce qui peut contribuer à l’embellissement d’un lieu de campagne, peut-être serait-il fort difficile de rien trouver de plus beau aux environs de Paris. Parterres, grandes allées, terrasses, cabinets de rocailles, salon, statues, peinture, orangerie, tout y est admirable, tout ce qu’il y a de personnes de mérite de l’un et de l’autre sexe dans la Province font la chute la plus ordinaire de leurs parties de plaisir. »Du 30 avril au 6 juin 1674, pendant que le Roi louis XIV faisait la guerre en Franche Comté, le Dauphin séjournait à Dijon avec la Reine, s’entendant vanter les agréments de la villa Gauthier, le jeune Prince âgé de 13 ans, se rendit à Plombières accompagné de Bossuet son précepteur et des gens de sa cour.Jean Gauthier très honoré de cette visite en perpétua le souvenir en faisant élever un obélisque de 50 pieds de haut. cet obélisque a été détruit à la révolution en 1871, Mercure Galant en fait la description.

En 1701, à la mort de Jean Gauthier, sa soeur Pierrette lui succéda. Anoblie par son mariage avec Jean de Cluny, conseiller du Roi elle porta le titre de Dame de la Roche et Vausandrey. Elle jouissait d’une grande fortune, n’ayant pas d’enfant, elle employa la meilleure partie de son bien en bonnes oeuvres.

buste en façade

Les Propriétaires

1654 Jean Gauthier

1702 Pierrette Gauthier

1712 Pierre de la Mare (petit fils de Philibert de la Mare)
1783 François Sirice Melchior, comte de Vogüe (frère de Monseigneur de Vogüe)
1791 Monsieur Auguste Martin d’Oizilly, sa veuve, Marie Marguerite Papillon d’Oisilly lègue la maison à la fille de sa femme de chambre, Mme Sicardet
1848 Mme Sicardet propose sa propriété à la commune aux fins d’installer la nouvelle Maison commune et les écoles primaires. Le prix étant trop élevé l’affaire n’a pas de suite
1858 Jules Grenier Gustelle se rend acquéreur de la propriété et fait reconstruire une très belle maison bourgeoise.
1876 cette propriété a appartenu aux familles Grenier Troubat,
avant d’appartenir depuis 1988 à la famille Tourtet, qui ont rénové l’ensemble des bâtiments et conservé la partie ancienne pour y aménager des chambres d’hôtes.

façade